La fête du Cavadee est un événement important pour la communauté Tamoule. Elle se célèbre partout dans le monde et de différentes manières. À l’île Maurice, les Tamouls se réunissent plusieurs fois par an pour l’occasion, mais la célébration la plus importante, le Thaipoosam Cavadee, a lieu entre les mois de janvier et février.

Nous avons été, le temps d’une matinée, au plus proche de la communauté qui, on peut le dire, nous a accueilli à bras ouverts. Un moment enrichissant, chaleureux et coloré durant lequel nous avons été facilement intégrés. Dans cet article, on vous parle de notre expérience et bien-sûr on vous en dit un peu plus sur ce qu’est le cavadee.

FÊTE DU CAVADEE À L’ÎLE MAURICE

Le cavadee est un bâton en bois destiné à supporter des charges lourdes. La procession du Cavadee durant laquelle la communauté tamoule rend hommage au dieu Muruga, trouve son origine auprès d’Idumban. Selon la légende, cet homme serait aller décrocher deux sommets de montagnes qu’il aurait accrochés à son cavadee et sur le chemin du retour, il aurait rencontré le dieu Muruga, fils de Shiva. Après différents évènements, Muruga lui aurait accordé sa bénédiction.

Depuis, la communauté tamoule célèbre le Dieu Muruga selon une série de rituels auxquels nous avons assisté. La cérémonie du Cavadee est précédée d’un jeûne de 10 jours durant lequel les dévots doivent suivre un régime alimentaire végétarien, prier au temple tous les jours, s’isoler en ayant peu de contacts avec l’extérieur ou encore dormir à même le sol, signe de sacrifice important. L’objectif est de se détacher de tout ce qui est matériel afin de se connecter à sa spiritualité.

Au dixième jour, tôt le matin, les tamouls se réunissent dans leur temple et s’adonnent à une succession de rituels qui marquent la fin de la période de jeûne : la cérémonie du Cavadee. Le premier rituel est l’ablution. Une fois purifier, les croyants se rendent au temple pour une séance de prières.

Le troisième rituel est l’offrande principalement à base de limon et de lait mais il y a également de la noix de coco et des fruits.

Après s’être purifiés, avoir prié et avoir offert les offrandes, les dévots offrent leur chair le temps d’un rituel un peu tribal.

Ils se font transpercer la langue par des vels (des aiguilles), qui représentent la lance du dieu Muruga et qui ont pour but de faire garder le silence pendant la procession. Certains percent également plusieurs parties de leur corps en y accrochant le fruit sacré : le limon. Au moment d’être percés, les dévots sont entourés de leur famille qui récite une prière. Ils sont recouverts d’un drap rose afin que leur intimité soit préservée pendant ce douloureux moment.

Selon la croyance, un dévot qui respecte son jeûne à la lettre souffrirait beaucoup moins pendant que l’aiguille perfore sa langue de part en part.

Le Cavadee peut se fêter dès l’âge de 10 ans. Les personnes qui ne souhaitent pas être percées peuvent simplement nouer un foulard autour de leur bouche et ainsi garder le silence comme les autres.

Une fois le rituel des aiguilles terminé, les dévots accrochent deux fioles de lait à chaque extrémité de leur cavadee.

Chaque cavadee est unique car fabriqué par la famille et le dévot environ deux jours avant l’évènement. Ils sont faits en bois de bambou et décorés minutieusement de feuilles, de fleurs et d’images saintes. Les croyants y prient et y déposent des offrandes.

Les femmes quant à elles portent le coron sur la tête, un vase en cuivre contenant du lait. Leur préparation commence la veille puisqu’elles parfument d’encens les vêtements qu’elles porteront pour la procession. Le jour J, elles prennent un bain de safran pour se purifier avant de se rendre au temple pour la prière.

La suite de la cérémonie se déroule de la même manière que pour les hommes. Une fois ces rituels terminés, la procession peut commencer. Les dévots soulèvent leur cavadee et s’engagent dans une marche de 2h avant de retourner au temple pour une autre séance de prières.

Le reste de la journée, jusqu’au petit matin le lendemain, est placé sous le signe de la fête et du partage autour du carry, un plat typique, revisité 7 fois pour l’occasion (carry salé, sucré, amer, épicé, acide…).

OÙ ASSISTER À LA FÊTE DU CAVADEE À l’ILE MAURICE ?

Toute l’île se met aux couleurs du Cavadee. Vous trouverez des rassemblements partout autour des temples hindous et des rivières. Nous sommes allés dans la ville de 4 Bornes pour assister à la cérémonie. Nous n’avons pas le nom du temple mais si vous souhaitez vous rendre ici, nous vous conseillons de vous garer sur le parking du centre commercial Emerald Park. Le temple se trouve juste derrière, à 300 mètres environ.

Lorsque nous sommes arrivés, sur les coups de 7h45, la prière était déjà terminée et les croyants commençaient leurs rituels. La procession a lieu aux alentours de 10h30. Prévoyez une matinée complète sur place.

NOTRE VENUE EN TANT QUE TOURISTES

Nous sommes rentrés vraiment enchantés par cette expérience. Nous étions les deux seuls touristes et avons été accueillis à bras ouverts. Chacun de nos sourires était rendu. Les gens venaient nous voir pour nous demander de les prendre en photo ou pour nous expliquer leurs traditions et leurs croyances. Une famille nous a marquée plus que les autres, je vous raconte. Alors que nous prenions un cavadee en photo, un homme est venu nous voir pour nous proposer de passer de l’autre côté car celui-ci était à l’envers. De là, nous avons sympathisé avec la famille qui nous a donné une mine d’informations et qui nous a même fait participer à un petit morceau d’un des rituels. Ils nous ont ensuite invités à manger mais également à participer au pèlerinage sacré des hindous à Maurice quelques jours plus tard.

Si vous souhaitez vivre une expérience authentique à l’Ile Maurice et que vous êtes dans le coin au moment de Cavadee, nous ne pouvons que vous conseiller d’y aller. En plus d’être adorable, la communauté sera ravie de partager ses croyances avec vous. Une belle expérience à vivre !

IMG_1139   Auteur : Alisson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *