J’ai toujours adoré les livres, leur odeur, la sensation de bien-être qu’ils procurent. Sans parler de leur pouvoir à nous couper du monde en nous faisant passer tantôt de l’émerveillement, à la surprise ou à la peur voire à la tristesse. Il n’y a pas mieux qu’un bon bouquin pour s’évader.

L’idée m’est donc venue de créer un coin lecture sur le blog que j’ alimenterai le plus régulièrement possible de mes coups de coeur. Pour ce second chapitre, je vous propose de découvrir une sélection de mes dernières lectures sur des thèmes aussi divers que variés.

Parmi les livres présentés dans la rubrique « Coin lecture », vous trouverez une sélection issue de la collection Aventure Humaine de la maison d’édition Pocket avec laquelle nous sommes en partenariat. Le but est de découvrir leur collection de livres qui parlent d’aventures afin de vous les faire découvrir à notre tour et pourquoi pas échanger ensuite avec qui voudra, férus de voyages ou pas !

COIN LECTURE N°2 : POLARS, CONTES, RÉCITS D’AVENTURES… TOUS LES GOÛTS SONT DANS LA NATURE

UN ROMAN ADDICTIF, IMPOSSIBLE À LÂCHER

Toutes blessent, la dernière tue. C’est l’histoire de Tama, vendue par son père à l’âge de 8 ans, à qui l’on promet d’offrir une vie meilleure à sa fille, dans notre beau pays qu’est la France. La réalité est toute autre. Tama devient l’esclave de monstres. Une esclave dans la France d’aujourd’hui à qui l’on fait subir les pires sévices, les pires atrocités tant physiques que morales. Les détails de ses jours de servitude sont poignants, difficiles à encaisser. Un pavé de 700 pages ficelé de manière à ne jamais être fermé. On veut connaître la suite alors, on continue sans voir les minutes défilées. Puis, une histoire d’amour vient se mêler à ces horreurs. L’amour apportera-t’il un peu d’humanité et de lumière à ce sombre tableau ? En parallèle, l’histoire de Gabriel. On ne comprend pas tout de suite ce que cet homme mystérieux aux pratiques peu conventionnelles vient faire dans cette histoire. On l’apprend au fil des chapitres… Le mot de la fin : un livre choc, un livre coup de poing qui dénonce une réalité présente en France. Certainement ma meilleure lecture de l’année.

UNE AVENTURE ENVOÛTANTE QUI RÉCONCILIE AVEC LE FROID POLAIRE

Une femme dans la nuit polaire. L’aventure hors norme de Christiane qui, du jour au lendemain, décide de rejoindre son mari, un ermite établit dans une cabane isolée sur les Côtes du Spitzberg. Le Spitzberg, un morceau de terre au Nord de la Norvège où il fait -35 l’hiver et où la nuit polaire fait froid dans le dos. Un récit captivant, qui nous plonge dans ce monde à part, dans cette nature hostile qu’il faut apprivoiser à tout prix. Question de survie… Christiane nous raconte son expédition entre solitude, doutes et émerveillement. Le tout avec beaucoup d’élégance et de ténacité. En plus de passer un bon moment à lire son récit, elle possède les ingrédients qui nous réconcilient avec le froid polaire… oui, oui ! Le mot de la fin : un récit qui se lit vite, très vite et qui démontre qu’avec ténacité, l’humain peut s’adapter à l’environnement, à la nature aussi hostile soit-elle dans cette partie du monde ! À lire avec un bon chocolat chaud.

DE LA NOIRCEUR, DE LA FANTAISIE ET UN BRIN DE FOLIE POUR CES 9 CONTES À LA SAUCE ATWOOD

Neuf contes. Il ne s’agit pas là de contes traditionnels comme on pourrait le penser. Alors n’y cherchez pas de sorcières, de fées ou encore de lutins. Cette série de nouvelles est assez difficile à résumer puisque chaque histoire est différente et vécue avec des émotions et une empathie variable. On y découvre l’histoire d’une petite fille rejetée par ses parents parce qu’atteinte d’hypertrichose ou encore celle d’une veuve qui se laisse guider par la voix de son mari décédé… et 7 autres contes tout aussi noirs. Je dirai que les points communs des nouvelles sont la satyre, la noirceur, et la fantaisie. Si vous aimez l’univers de Magaret Atwood, foncez. Si vous ne connaissez pas encore l’auteure, je vous conseillerais de commencer par l’un de ses classiques : La servante écarlate ou pourquoi pas Captive. Le mot de la fin : Neufs contes. Avec un titre pareil, je pensais pénétrer dans un monde imaginaire ce qui n’a finalement pas été le cas. Le livre est décousu, les histoires ne sont pas appréciées avec la même intensité, ce livre ne m’a pas spécialement marqué.

À très vite pour une nouvelle sélection !

IMG_1139   Auteur : Alisson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *