Avec une éruption tous les 9 mois environ et 5 éruptions pour la seule année 2019, cela ne fait aucun doute, le Piton de la Fournaise est bel et bien un volcan super actif. Il y a 3 ans, lors de notre premier voyage sur l’Île de la Réunion, nous avions fait une randonnée menant au cratère Dolomieu, le cratère volcanique au sommet du Piton de la Fournaise. Une rando pas si simple et plutôt monotone mais qui nous avait laissé un souvenir incroyable et même indélébile. Pendant cette marche, je me souviens avoir beaucoup répété à Franck que ce que nous étions en train de faire était un truc de fou : on marchait sur l’un des volcans les plus actifs au monde. Après cette folle journée au milieu de ce décor lunaire qu’offre le Piton de la Fournaise, je m’étais dit que mon rêve serait de le voir un jour en éruption.

À l’approche de ce second voyage à la Réunion, en février 2020, j’étais en veille et même en alerte sur l’activité du volcan. J’en parlais avec mes amis Réunionnais qui me disaient que le volcan montrait des signes de réveil depuis décembre 2019. Je lisais qu’une éruption se ferait à moyen terme mais qu’évidemment il était impossible de prédire la date exacte. Rien que d’en parler me donnait des frissons. Moi qui suis agnostique, j’étais presque prête à prier. C’est pour vous dire à quel point je voulais que mon rêve se réalise.

Le 9 février 2020, à la veille de notre départ, Franck a regardé une dernière fois le site Fournaise Info, qui donne les bulletins d’activité du volcan en temps réel. Ce jour-là, le bulletin d’informations mentionnait une forte activité sismique mais pas plus pas moins que les jours précédents. C’était stable et le niveau d’alerte était toujours au degré le plus bas. Le lendemain, l’espoir d’une éruption envolé, nous sommes montés dans l’avion direction l’Île de la Réunion…

Après un vol de 30 minutes depuis l’Île Maurice d’où nous arrivions, je rallumais mon portable et recevais le message d’un ami me disant que le volcan venait d’entrer en éruption. Je n’y croyais pas. Vraiment pas. J’ai hurlé de joie, les larmes aux yeux. Nous venions d’atterrir et au même moment les entrailles de la Terre s’ouvraient. Nous avons eu la chance d’observer le volcan en éruption à 3 reprises durant notre séjour. Cette éruption, la première de l’année 2020 a commencé le jour de notre arrivée pour se terminer le jour de notre départ. Le karma, on peut le dire, était bien là.

LE 10 FÉVRIER 2020, LE PITON DE LA FOURNAISE ENTRAIT EN ÉRUPTION

PREMIÈRE OBSERVATION : UNE PETITE DÉCEPTION

C’est à 22h, le jour de notre arrivée sur l’île, que nous nous sommes décidés à prendre la direction de la route des Laves d’où l’éruption était visible. Malgré le mauvais temps et les 1h30 de route, nous n’avons pas été découragés. Mais avec tous ces nuages accrochés au sommet, on ne peut pas dire que cette première observation fût une réussite. Malgré notre patience à attendre que le vent tourne, nous n’avons pu voir que quelques lueurs rouges dans les cieux. Ce n’était que partie remise.

DEUXIÈME OBSERVATION : PAS UN NUAGE À L’HORIZON

Au moment du coucher du soleil, nous nous sommes assis sur le petit muret qui borde la route des Laves et nous avons profité de ce moment hors du temps. La lumière descendait lentement faisant passer le ciel du bleu à l’orangé en passant par toutes les nuances de rose possibles et imaginables. Il y avait du monde mais nous étions tous silencieux, les yeux écarquillés et rivés sur le volcan. 6 km nous séparaient de la fissure, ce qui finalement est assez loin et pourtant, nous ne perdions pas une miette du spectacle qui s’offrait à nous. Les conditions étaient parfaites et le paysage totalement différents d’un côté de la route et de l’autre. Il y avait ce ciel rose au-dessus du volcan et en face, ce ciel bleuté si doux au-dessus de la mer. Ce soir-là, la nature nous a offert ce qu’il y a de plus beau.

TROISIÈME OBSERVATION : LA CERISE SUR LE GÂTEAU

Bien que représentant un budget, il nous était impossible de quitter l’île sans survoler son volcan en éruption. L’idée de départ était de trouver un vol en hélicoptère puis finalement, nous nous sommes rabattus sur plus petit en réservant 2 vols en ULM. 2 survols pour 2 ULM car dans ce genre d’avion, il n’y a que 2 places : une pour le pilote et une pour le passager. Par chance et un peu comme un cadeau de Saint-Valentin, 24h plus tard, la compagnie Air Aventures nous proposait 2 disponibilités pour la journée du 14 février.

Pour vous situer : le Piton de la Fournaise, c’est lui. Photos prises depuis le belvédère du Pas de Bellecombe d’où démarre la classique randonnée du cratère Dolomieu. Les longues traînées noires sont d’anciennes coulées de lave mais assez récentes. De ce côté l’éruption ne se voyait pas car la fissure se situait sur le flanc Est du volcan.

Maintenant que vous avez une vue d’ensemble sur le volcan, je vous propose de découvrir en image notre survol en ULM du Piton de la Fournaise en éruption.

Notre vol en ULM fût de loin le meilleur point d’observation de la coulée et notre décision de réserver nos survols à l’improviste, malgré leur coût élevé, la meilleure décision du séjour. Cette éruption fût la première de notre vie et certainement la dernière. Alors merci au destin et à dame nature de nous avoir permis d’assister à ce spectacle merveilleux.

N’oublions pas que les volcans sont l’essence de la Terre…

IMG_1139   Auteur : Alisson

2 commentaires

  1. Super blog et les articles donnent envie de voyager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *