L’île Maurice, ce joyau de l’Océan Indien est mondialement connu pour ses plages de sable blanc et son lagon aux nuances bleutées incroyables. Son cadre magnifique en fait d’ailleurs l’une des destinations les plus prisées par le tourisme. Seulement voilà, les vacanciers élisent domicile dans des hôtels haut de gamme dont ils sortent peu, une seule fois seulement d’après les statistiques. L’île possède pourtant un panel d’attraits incroyable, que ce soit entre terre et mer, les spots à découvrir ne manquent pas. Le climat façonne l’île et la nature abonde. Forêts luxuriantes, cascades, montagnes, espèces indigènes et endémiques, il y a de quoi se régaler et en prendre plein les yeux. L’histoire mouvementée de l’île Maurice est une autre richesse à côté de laquelle il est impossible de passer tant les influences multiculturelles sont présentes. Les indiens, les créoles, les africains, les chinois… Chacun apporte son lot de traditions, chacun prend un peu des traditions de l’autre ce qui forme un joyeux melting-pot au coeur duquel nous sommes plongés lorsque nous venons à l’île Maurice.

Pour ce quatrième voyage ici, en collaboration avec l’Office de Tourisme, nous avons souhaité vous montrer que l’île Maurice ne se résume pas seulement à ses plages et ses beaux hôtels. Dans cet article, on vous propose de découvrir l’île Maurice sous un autre angle en vous donnant des idées d’activités, de spots et de randonnées à ne pas manquer durant votre voyage sur l’île du Dodo.

QUE FAIRE À L’ÎLE MAURICE ? NOS 9 SUGGESTIONS DE DÉCOUVERTES ENTRE TERRE ET MER

ILE MAURICE CARNET PRATIQUE

Notre voyage : février 2020
Durée de vol de Paris à Maurice : 11h30
Monnaie : Roupie Mauricienne
Prises électriques : identiques aux nôtres
À prendre : crème solaire, anti-moustiques
Quand partir : beau temps toute l’année. Période cyclonique : de janvier à mars

QUE FAIRE À l’ILE MAURICE CÔTÉ TERRE ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser l’île Maurice offre une multitude de balades en nature et pas uniquement sur terrain plat. Durant ce séjour, nous avons alterné randonnées et promenades accessibles à tous. Je vous propose quelques idées de découverte qui raviront les amoureux de la nature.

1° FAIRE UNE VISITE GUIDÉE SUR L’ILE AUX AIGRETTES CLASSÉE RÉSERVE NATURELLE DEPUIS 1965

L’île aux Aigrettes est l’un de nos coups de coeur. Avant d’être un petit paradis de la biodiversité, elle a servi de base militaire pendant la Seconde Guerre Mondiale et certaines traces, encore visibles, témoignent de cette époque. C’est accompagnés d’une guide naturaliste, que nous avons suivi le sentier du dodo afin de découvrir les espèces indigènes et endémiques présentent sur l’île. Parmi la faune, 27 tortues se partagent ce petit morceau de terre, elles sont en liberté et les voir n’est pas une garanti. Le jour de notre visite, nous avons fait la connaissance de Big Daddy, 105 ans, plus vieille tortue de l’île. Nous l’avons observé un petit moment en pleine partie de jambes en l’air. C’était la première fois que l’on assistait à un accouplement de tortues et les cris poussés par Big Daddy pendant l’acte nous ont cloué sur place. Pour les curieux, vous trouverez une vidéo de ce moment en story sur Instagram.

Les tortues jouent un rôle important sur l’île puisqu’elles participent au développement de l’écosystème en propageant les graines grâce à leurs crottes. A contrario, étant herbivores, elles participent également à la destruction de cet écosystème. Certaines plantes, comme le bois de rat, ont développé un système de défense en produisant des feuilles de deux types différents. Ce sont des plantes hétérophylles. Les jeunes plantes, avant d’atteindre un mètre de hauteur, taille à laquelle les tortues ne peuvent plus les atteindre, développent une veine rouge sur leur feuille dont le goût amer dissuade les tortues. Leur apparence change radicalement dès lors que les tortues ne peuvent plus les atteindre.

Il faut savoir que les tortues endémiques n’existent plus à l’Ile Maurice. Toutes celles que vous rencontrerez lors de votre voyage sont des tortues Aldabra, une espèce qui vient des Seychelles. La guide nous apprend que des centaines de tortues, dont le sexe ne sera connu qu’à leurs 25 ans, naissent sur l’île chaque année.

Notre promenade continue au rythme mélodieux du Cardinal de Maurice, une espèce d’oiseau endémique réintroduite entre 2002 et 2003. Elle fait partie des espèces d’oiseaux en grand danger d’extinction.

Il serait vraiment dommage qu’il rejoigne le dodo, ce gros pigeon, emblématique de l’île Maurice dont l’extinction est estimée entre 1662-1690. C’est au centre de l’île aux Aigrettes, là où le climat est plus vert et plus humide, que l’on retrouve une sculpture grandeur nature de l’oiseau disparu.

À défaut de voir un dodo, on peut toujours admirer son cousin, le Pigeon rose. Une espèce endémique dont le nom ne correspond pas forcément à l’oiseau qui n’est finalement pas si rose. Son apparence est très pâle, seules ses pattes, sa tête et ses yeux sont marqués de rose. En 1990, les Pigeons roses n’étaient plus que 9. Grâce à la reproduction, à la bonne santé des forêts et aux mesures prises pour protéger leurs nids, ils sont aujourd’hui 500 dont 25 sur l’Ile aux Aigrettes.

Grâce à notre guide et son oeil expert, nous avons eu la chance de voir un Scinque de Telfair. Une espèce de lézard endémique au camouflage parfait qui le rend difficilement observable. Son rôle est aussi important que celui des tortues puisqu’il mange tout ce qu’il trouve sur son passage : insectes, fleurs, fruits et disperse à son tour les graines aux 4 coins de l’île. Il contribue ainsi à la pollinisation des plantes.

La faune n’est pas la seule richesse de cette île. On découvre une multitude de plantes dont certaines sont endémiques, d’autres indigènes. Les fougères sont en nombre sur l’île ce qui est signe de bonne santé de la forêt.

Informations utiles : l’île aux Aigrettes se visite uniquement avec un guide. Il fait 3 à 4 degrés de plus que sur l’Ile Maurice mais la promenade se fait à l’ombre. La crème solaire n’est donc pas indispensable mais le produit contre les moustiques oui.

2° FAIRE LA RANDONNÉE DU MORNE POUR ADMIRER LA PLUS BELLE VUE SUR LE LAGON

Vous voyez l’icône sur la photos ci-dessous ? Et bien c’est ici qu’est le point d’arrivée de la randonnée. Afin d’éviter la chaleur, le départ est donné à 6h00 du matin. Il faut donc être matinal pour faire cette rando !

La randonnée du Morne n’est pas compliquée sur les premiers kilomètres. On évolue sur un sentier forestier classique qui monte constamment sans jamais nous mettre en difficulté. C’est sur le dernier kilomètre que cela se complique. Une fois sortis de la forêt, on tombe face « au mur ». Il s’agit littéralement d’un mur. Une partie abrupte de 60 mètres qui se transforme rapidement en partie d’escalade. Les guides sont là pour nous expliquer comment monter, où mettre les pieds et les mains pour avancer sans danger. Nous sommes en fil indienne, la concentration est à son maximum. Une fois l’ascension terminée, ça continue de grimper, les cuisses chauffent mais le terrain est beaucoup plus praticable et beaucoup moins angoissant. C’est après ce fameux mur que les points de vue se dévoilent les uns après les autres avant d’atteindre le panorama final…

La vue est tout simplement à couper le souffle. Le lagon et l’océan sont à perte de vue, les nuances bleutées, elles, sont infinies.

Informations utiles : bien que possible, je ne vous conseille pas de faire la randonnée en solo. Le mieux est de réserver cette excursion via une agence afin d’être accompagnés par des guides chevronnés, présents pour assurer votre sécurité. Pour une question de confort et de chaleur, il est préférable de faire cette randonnée le matin. Comptez 4h A/R avec de bonne chaussures !

3° SE PROMENER À PAMPLEMOUSSE, LE PLUS VIEUX JARDIN BOTANIC DE L’HÉMISPHÈRE SUD

Le Jardin de Pamplemousse n’est pas un secret bien gardé et pourtant… Passé les portes, le calme et la quiétude règnent dans les allées ombragées, bordées de cocotiers. C’est la quatrième fois que nous venons passer un petit moment dans ce jardin. Nous ne nous en lassons pas, tout simplement. On peut y admirer des arbres centenaires, des plantes en tous genres, des nénuphars géants ou encore des fleurs de lotus. Si vous avez un peu de temps, n’hésitez pas à venir y pique-niquer.

4° SE PROMENER DANS LA VALLÉE DE FERNEY UNE RÉSERVE NATURELLE QUI A FAILLIT DEVENIR UNE AUTOROUTE

La vallée de Ferney est une ancienne usine sucrière et un site de conservation majeur de la biodiversité mauricienne. Avant d’arriver au point de départ du sentier, un bus local viendra vous chercher devant l’accueil de la propriété pour vous déposer à 3 km de celle-ci. 10 minutes de trajet qui décoiffent, c’est le cas de le dire. Le sentier n’étant pas goudronné, attendez-vous à être secoués dans tous les sens. La promenade est accessible à tous et se fait avec un guide incollable sur la végétation et les origines de l’île. Le temps d’une heure et demie, vous traverserez vallons, ruisseaux et même un morceau de forêt primaire, telle qu’elle existait avant l’arrivée des premiers Hommes sur l’île. Avec un peu de chance vous croiserez plusieurs espèces rares d’oiseaux réintroduites par les naturalistes de la réserve. Nous n’avons malheureusement pas eu cette chance mais nous avons aperçu une grande famille de cerfs.

Et dire que ce lieu a failli accueillir l’autoroute du sud-est. Observez bien les arbres, certains sont marqués de rouge, là où devait passer l’autoroute. Heureusement, grâce à différents protagonistes et à la Mauritian Wildlife Foundation, ce projet n’a jamais vu le jour. La réserve de la vallée de Ferney est bel et bien un lieu tranquille où nous sommes en communion avec la nature.

5° ADMIRER LA TERRE DES 7 COULEURS ET DÉCOUVRIR LES ALENTOURS DE CHAMAREL

La Terre des 7 couleurs à Chamarel témoigne de l’activité volcanique de l’île il y a plusieurs millions d’années. Le climat chaud et humide a provoqué l’érosion des roches basaltiques. Cette érosion a laissé à la surface une roche poreuse chimiquement altérée. Les tons rouges, bruns, bleutés etc… sont dus aux résidus de fer et d’aluminium laissés par l’érosion. Ce lieu atypique est incontournable lors d’un voyage à l’île Maurice !

La cascade de Chamarel se trouve juste à côté. Elle est alimentée par deux rivières dont l’une porte le drôle de nom de Viande Salée. Il y a deux points de vue sur la cascade : l’un se trouve au niveau du parking, l’autre un peu plus haut, en haut des marches.

Le Belvédère des Gorges de Rivière Noire offre un point de vue vraiment top sur la vallée et la mer tout au fond. Il semblerait que les singes y aient élu domicile. Il paraît qu’ils sont agressifs mais nous, nous les avons trouvés plutôt tranquilles et ignorants.

C’est sur cette bouille de singe que s’arrête notre sélection de découvertes côté terre. l’île Maurice compte bien d’autres sites de tourisme « vert » lié à la nature : la Terre des 21 couleurs, la montagne de Moka ou encore la visite des vergers de Labourdonnais. Si vous souhaitez programmer d’autres visites, vous trouverez toutes les informations sur le site de l’Office de Tourisme.

QUE FAIRE À l’ILE MAURICE CÔTÉ MER ?

6° PRENDRE DU BON TEMPS À LA PLAGE

Il est évident que vous ne pouvez pas aller à L’île Maurice sans lézarder plusieurs heures sur les nombreuses plages de rêves dispersées aux quatre coins de l’île ! Des plus prisées aux plus sauvages, vous aurez l’embarras du choix. Nous n’allons pas détailler nos coups de coeur plages ici, simplement vous glisser quelques photos et vous inviter à aller lire notre article consacré aux plages mauriciennes.

7° ALLER SUR L’ILE AUX CERFS EN CATAMARAN

L’île aux Cerfs… La première fois que nous y sommes venus c’était il y a 12 ans. Nous en avions gardé un magnifique souvenir. Pour être honnête, bien que toujours belle et sauvage, nous l’avons trouvé vraiment changé. Avant, il n’y avait qu’un petit bar-restaurant, quelques chaises longues et un peu d’artisanat local à acheter. La seule chose à faire sur l’île à cette époque était de poser sa serviette et faire des allers-retours dans le lagon turquoise. Aujourd’hui, les transats à des prix exorbitants ont envahi les plages et dès notre sortie du bateau des personnes viennent nous voir pour nous proposer tout un tas d’activités nautiques. L’île aux Cerfs n’en reste pas moins envoutante et reposante, surtout pour qui vient y faire escale pour la première fois !

Comment venir à l’île aux Cerfs ?

plusieurs options possibles au départ de Trou d’Eau Douce. Prendre un bateau taxi ou passer la journée sur un catamaran. En choisissant le catamaran, vous passerez à coup sûr un bon moment. Vous découvrirez une petite cascade, ferez du snorkeling dans le lagon, mangerez de bonnes grillades en buvant une petite Phoenix, la bière locale tout en écoutant du Séga. Puis, vous terminerez votre journée en beauté en passant 2h sur l’île aux Cerfs.

8° SE LANCER DANS UNE AVENTURE SOUS-MARINE AVEC UN SUB-SCOOTER

Le sub-scooter est une sorte de sous-marin en forme de scooter. On peut y monter à deux, comme sur un scooter : il y a une place pour le pilote et une autre pour le passager. Le concept permet de déambuler à plusieurs mètres de profondeur pour découvrir les fonds marins. La plate-forme de départ se situe à 10 minutes en bateau. La liaison est prise en charge par Blue Safari, l’agence qui propose cette activité.

Est-ce une activité sécurisée ?

Aucun problème niveau sécurité. Le staff, de confiance, a l’habitude et leur briefing est très clair. On nous apprend les gestes à faire pour que l’on se comprenne sous l’eau, on nous donne des conseils pour éviter d’avoir mal aux oreilles pendant la descente et surtout, une personne est constamment à côté de nous pendant la balade sous-marine.

Et si je suis claustrophobe ?

L’étant, dans une moindre mesure, j’appréhendais beaucoup cette activité et jusqu’au dernier moment, je n’étais pas certaine d’accompagner Franck. La bulle partagée qui nous protège de l’eau et dans laquelle nous pouvons respirer normalement est assez grande, ce qui m’a décidé à me lancer. Les premières minutes se sont bien passées mais dès que nous avons stagné pour les photos, les choses se sont compliquées. Mes yeux n’étaient plus vraiment occupés, le paysage ne défilait plus et j’ai demandé à remonter après une quinzaine de minutes. Je me suis sentie oppressée, un ressenti totalement psychologique car tout se déroulait pourtant très bien.

L’activité en elle-même est-elle intéressante ?

Le plus fun reste le concept de la balade sous-marine en scooter car autrement, il s’agit d’une activité très touristique. Je m’explique : les sub-scooters sont disposés sur une plate-forme qui les dépose, avec nous dessus, à 3 mètres de profondeur. De là, nous avançons tout en restant autour de la plate-forme, sans jamais vraiment nous en éloigner. Les poissons ne sont pas aussi nombreux que l’on pourrait le croire et surtout, le staff les attire avec du pain… Détail que l’on a trouvé très moyen.

À faire ou pas ?

Nous ne raffolons pas des activités touristiques de ce type. Si c’était à refaire, nous ne le referions pas. Par contre, cette activité a semblé plaire aux familles que l’on a croisées sur la session précédente mais également aux familles présentes sur notre session. Elles étaient enchantées par leur virée sous-marine, sur leur scooter coloré !

9° ALLER FAIRE UN TOUR SUR L’ILE AU BÉNITIER

L’île au Bénitier est une petite île sauvage qui vaut vraiment le détour. Nous n’y sommes pas allés durant ce voyage mais lors du précédent et nous avons beaucoup aimé notre échappée sur cette île inhabitée avec un petit bémol. D’un point de vu décor, on ne peut pas rêver mieux, le cadre est paradisiaque. Mais victime de sa beauté, l’île est très très fréquentée. Pour tout vous dire, nous avons organisé cette journée à la dernière minute, en plein mois de décembre alors que ce sont les grandes vacances à l’île Maurice… Trouver de la place n’a pas été si simple et nous n’avons pas eu le choix que de prendre la formule classique « dauphins + Ile au Bénitier ».

Est-ce qu’on a vu des dauphins ? ça oui ! Ils viennent tous les matins le long des côtes mauriciennes pour se reposer et protéger leurs petits. Ils repartent vers le large aux alentours de midi. Alors jusqu’à 12h, des dizaines de bateaux remplis de touristes se rendent le long des côtes et les pourchasses en mettant les gaz. Et les dauphins dans tout ça ? ils nous ignorent ou plus tôt, ils nous tolèrent. Voilà comme ça se passe : Lorsque l’on arrive vers la zone, les bateaux sont constamment en mouvement, à la recherche des dauphins et prêts à donner le top départ aux touristes. Ils tournent en rond, accélèrent, ralentissent, crient, font demi-tour jusqu’au moment où « feuuuuuuuu veeeeeeert »!!!! Et là, tout le monde saute. Donc en réalité, les dauphins venus se reposer, n’ont aucun répit, ils sont littéralement pourchassés par les speed boat et nous, les touristes.

L’option dauphins est tout simplement à bannir ! Préférez passer un chouette moment sur l’île au Bénitier en laissant ces mammifères tranquilles !

Nous concluons notre quatrième voyage ici, à l’Ile Maurice. Il est vrai qu’à force, nous commençons à bien connaître l’île. Durant ce séjour, nous voulions vous démontrer que oui, à l’île Maurice il y a de belles plages… et que non, il n’y a pas « rien à faire à l’Ile Maurice », comme on l’entend souvent. Bien au contraire ! Les découvertes sont aussi riches côté terre que côté mer et il y a largement de quoi s’occuper 2 bonnes semaines. La richesse de l’Ile ne se résume d’ailleurs pas qu’à sa jolie la nature. Il y a la culture aussi. L’origine du melting-pot mauricien se trouve dans l’arrivée massive d’engagés après l’abolition de l’esclavage en 1835. En 70 ans, ce sont quelque 400 000 Africains, Indiens et Chinois qui sont arrivés sur l’île pour travailler dans les champs de canne à sucre. À la différence des esclaves, ils avaient le droit de garder leur culture et pratiquer leurs traditions. Aujourd’hui, toutes les communautés vivent en harmonie sur l’île et leurs influences sont partout. L’histoire est riche, les traditions multiples et fascinantes. L’île Maurice est pleine de ressources, elle a une âme et il est impossible de rester insensible à cela.

Nous vous invitons à consulter nos autres articles sur l’île Maurice, ils vous donneront d’autres idées de visites. Certaines insolites, d’autres à la découverte de l’histoire ou encore du savoir-faire mauricien (thé, rhum, sucre, artisanat, nourriture…).

En bref, un voyage à l’Ile Maurice est un voyage coloré qui se vit en alliant la terre et la mer, les rencontres et la culture.

Ce séjour à l’Ile Maurice est le fruit d’une collaboration avec MTPA, l’Office de Tourisme de Maurice. L’itinéraire a été établit selon nos choix, en fonction de nos envies. Cet article est un feedback totalement personnel basé sur notre expérience.

IMG_1139   Auteur : Alisson

2 commentaires

  1. Merci pour ce bel article, on garde les conseils pour notre voyage là bas cet été ! Vos photos sont superbes 😍

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *