La Corse, une destination française aux airs de bout du monde. Alors que l’épidémie de Covid-19 réprime grandement nos possibilités d’évasion et freine notre spontanéité à voyager, en cette fin d’année 2020, il était temps pour nous de changer d’horizon. Nous sommes donc partis en Corse, en collaboration avec l’Agence du Tourisme de la Corse, pour découvrir les merveilles dont regorge l’Ile de Beauté. 12 jours c’est court, mais suffisant pour être charmé par la diversité qu’offre la Corse : plages paradisiaques, villages pittoresques, randonnées incroyables ponctuées de paysages à couper le souffle, sans oublier la sympathie des Corses et les délicieuses spécialités. La Corse est une destination dépaysante et sauvage qui nous donne la sensation d’être loin, très loin de la France. Dans cet article de blog, je vous propose de découvrir notre itinéraire de 12 jours en Corse, à la découverte de ses nombreuses facettes, qu’elles soient connues ou plus secrètes. Un voyage automnale coloré, loin de l’agitation de l’été pour notre plus grand bonheur. Bonne lecture !

ROAD-TRIP EN CORSE | ITINÉRAIRE, RANDONNÉES ET INCONTOURNABLES

VOYAGE EN CORSE CARNET PRATIQUE

Notre séjour : Du 03 au 15 octobre 2020.
La météo : Un peu de tout.
Venir en Corse : En avion ou en ferry avec Corsica Ferries.
Prix de la traversée AR au départ de Toulon avec véhicule et cabine privative : 340 € pour 2 personnes.
Hôtellerie : L’hébergement n’est pas donné. Comptez entre 80 € et 150 €/ nuit pour un hôtel bien placé et une chambre cosy avec une jolie vue.
Restauration : On trouve de tout et à tous les prix. N’oubliez pas de goûter aux spécialités locales : charcuterie, fromage, gâteau à la châtaigne…
À prendre impérativement : de bonnes chaussures de randonnée, des vêtements pour tous les temps, de la crème solaire.

JOUR 1 | ARRIVÉE À AJACCIO, DIRECTION ZONZA (1h45 de route)

C’est après un long périple en voiture de Paris à Toulon puis en ferry de Toulon à Ajaccio et enfin d’Ajaccio à notre hôtel à Zonza que nous avons enfin pu poser nos valises avec une seule idée en tête : dormir. Après une bonne nuit de sommeil dans un hôtel plus que confortable, nous nous sommes réveillés en forme pour démarrer notre road-trip de 12 jours en Corse.

OÙ DORMIR À ZONZA ?

L’hôtel du Tourisme est un bel hôtel, bien situé et moderne, avec piscine et jacuzzi. Cerise sur le gâteau, nous y sommes très bien accueilli. Le petit déjeuner sous forme de buffet propose un large choix de bonnes choses sucrées / salées. Nous sommes tombés sous le charme de ce bel établissement.

Hôtel du Tourisme

JOUR 2 | DÉCOUVERTE DU PLATEAU DU COSCIONE

Le plateau du Coscione se trouve dans les terres, au sud de la Corse, à 1500 mètres d’altitude. Nous nous levons tôt car la météo annonce beau temps jusqu’en début d’après-midi puis de grosses averses pour le reste de la journée.

Le plateau du Coscione est un ancien lac issu de la fonte de l’ère glaciaire où se sont formées des mares d’eau appelées pozzines. On les côtoie et on les enjambe tout au long de la randonnée en traversant des paysages pas franchement familier. Les vastes étendues gorgées d’eau ne sont pas la seule attraction de cette promenade, puisque cochons, vaches, chevaux et brebis que l’on croise de temps à autre, y ont élu domicile en toute quiétude. Une première randonnée qui nous plonge au coeur d’une Corse que l’on ne connait pas forcément. Une Corse loin des plages et proche d’une nature unique qui ce jour là, nous a offert des paysages que nous n’avions encore jamais vu lors de nos précédents voyages.

La randonnée du plateau du Coscione commence au refuge de Bucchinera où vous pourrez vous garer. Le sentier des Bergers forme une boucle de 8 km facilement accessible jusqu’à la bergerie de Chiralbella, puis se termine par une portion rocheuse un peu plus physique où il faut grimper sur de gros rochers pour rejoindre la fin du parcours.

Bon à savoir : les pozzines ne sont pas remplies toute l’année. La meilleure période pour les voir pleines va d’avril à juin. Pensez à bien vérifier la météo avant votre départ afin d’éviter les orages dans cette vaste étendue. En bref : 8 km / Durée : 3h20 / Niveau : facile

OÙ MANGER À ZONZA ?

À 200 mètres de l’hôtel du Tourisme se trouve le restaurant Le Randonneur. On y mange, entre autres, d’excellentes pizzas dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

JOUR 3 | RANDONNÉES DU TROU DE LA BOMBE ET DES CASCADES DE PURCARACCIA

Pour cette deuxième journée, deux randonnées sont au programme. Celle du Trou de la Bombe le matin puis celle des cascades de Purcaraccia l’après-midi.

PRÉPARER SA RANDONNÉE JUSQU’AU TROU DE LA BOMBE

De l’hôtel du Tourisme à Zonza, il faut compter à peine 15 minutes pour rejoindre le point de départ de la randonnée du Trou de la Bombe. Garez-vous sur le parking du Col de Bavella et suivez le sentier en repérant le balisage rouge.

Cette randonnée est très agréable et sans grosses difficultés jusqu’à proximité du Trou de la Bombe. Le sentier est plat, au coeur de la forêt. La partie la plus compliquée se trouve à l’arrivée. Une fois le trou dans votre champ de vision, 2 options s’offriront à vous : grimper sur un gros rocher pour gagner de la hauteur et admirer le trou de loin ou, grimper sur un rocher de plus de 2 mètres, descendre de l’autre côté et vous lancer dans une partie technique qui nécessite d’escalader la paroi jusqu’au milieu du trou. Personnellement, je ne l’ai pas fait, Franck oui. Il n’a pas regretté mais a reconnu qu’il valait mieux être à l’aise pour s’y lancer. Si comme moi vous n’êtes pas très téméraire, sachez que la vue d’en bas, sur ce trou de 8 mètres de diamètre, est tout de même exceptionnelle. Sur le retour, vous aurez une vue magnifique sur les Aiguilles de Bavella.

En bref : distance : 7 km AR – Durée : 2h30 – Dénivelé : 147 mètres – Niveau : facile

PRÉPARER SA RANDONNÉE JUSQU’AUX CASCADES DE PURCARACCIA

Du parking du Col de Bavella, comptez 20 minutes de route pour arriver au Col de Larone (coordonnées GPS : 41°49’51.1″N 09°16’20.01″E), point de départ de la randonnée.

La découverte des cascades de Purcaraccia et de ses toboggans creusés dans le granit fait partie des balades les plus prisées de Corse. Bien que courte en distance, le sentier qui mène aux bassins et cascades n’est pas si facile d’accès. Il n’y a pas beaucoup de dénivelé mais il faut continuellement grimper sur des rochers et évoluer sur des parois rocheuses souvent inclinées.

Pour tout vous avouer, nous ne sommes pas allés jusqu’au bout, préférant nous arrêter au niveau des premiers bassins naturels pour profiter de notre fin de journée.

En bref : distance : 4 km AR – Durée : 3h – Dénivelé : 190 mètres – Niveau : moyen

Après cette belle journée 100% nature, nous avons pris la direction de Porto Vecchio pour y passer la nuit. Une simple étape hébergement avant de rejoindre la magnifique ville de Bonifacio.

JOUR 4 | QUE FAIRE À BONIFACIO ?

Bonifacio se situe au sud de l’île de beauté et c’est la seule ville de Corse que nous avons pris le temps d’explorer lors de ce voyage. Sa situation atypique à flanc de falaise et son passé mouvementé en font un passage obligé lors d’un séjour en Corse. À cette période de l’année (octobre), notre visite a été des plus agréables. Il y avait peu de monde, il était facile de circuler et de se garer. Je vous recommande vivement l’arrière-saison pour en profiter pleinement. Nous n’y avons passé qu’une seule et belle journée, même si cela paraît court, nous avons eu le temps de découvrir quelques pépites.

La liste de nos coups de coeur et visites incontournables lors d’une journée à Bonifacio

1 | LE BASTION DE L’ÉTENDARD

Le Bastion de l’Étendard de Bonifacio est le plus haut bastion de France. Cette pièce maitresse des fortifications a été construite par les Génois au XIIIè siècle avant d’être détruite puis reconstruite au XVè siècle. Le Bastion servait de défense pour protéger l’accès à l’entrée de la ville. La visite de ce site se fait en deux parties : Le Jardin de Paysages qui offre plusieurs magnifiques points de vue sur la ville, les falaises et même sur la Sardaigne ! Puis, les salles souterraines creusées dans la roche qui dévoilent une exposition sur l’histoire des fortifications de Bonifacio.

2 | LE VERTIGINEUX ESCALIER DU ROY D’ARAGON

Je peux vous dire qu’il est à ce jour, l’escalier le plus atypique que l’on ait eu à emprunter ! Au passage, nos cuisses s’en souviennent encore ! L’escalier du roy d’Aragon est creusé dans la roche. Ses 187 marches nous emmènent de la vieille ville en bord de mer jusqu’à un chemin aménagé permettant de longer d’un côté les falaises et la mer turquoise de l’autre. Une sacrée expérience !

Bon à savoir : un escalier emblématique et incontournable mais pas facile à descendre et à monter. Mieux vaut ne pas avoir le vertige et se sentir suffisamment en forme pour remonter les 187 marches. Par ailleurs, pour y accéder, oubliez les claquettes, vous devrez obligatoirement porter des chaussures fermées. Plus d’informations pour organiser votre visite ici.

3 | LA CITADELLE DE BONIFACIO

Flâner dans la citadelle et ses ruelles pavées très calmes à cette période permet de s’imprégner pleinement de l’âme de Bonifacio. Il y a les points principaux comme la place d’Armes, la place de la Manichella ou encore la place U Masgilu. Mais il y a aussi les découvertes plus secrètes au fil de la balade. Il suffit d’observer les portes fermées ou à travers les portes ouvertes, de regarder en l’air, d’oser s’enfoncer là où il n’y a personne. C’est de cette manière que vous plongerez dans l’atmosphère envoûtante et pittoresque de Bonifacio.

4 | BONIFACIO CÔTÉ MER AVEC UNE EXCURSION EN BATEAU

Impossible de venir à Bonifacio sans prendre le large pour admirer la citadelle perchée sur les magnifiques falaises. Il existe plusieurs possibilités d’excursion en mer, plus ou moins longues, au départ du port de Bonifacio. En une journée notre option était vite vu : nous n’avons pu faire qu’une petite balade d’une heure avec l’excursionniste SPMB pour longer les falaises et avoir un aperçu de la réserve marine des bouches de Bonifacio. Une promenade accompagnée d’un guide qui nous a donné une mine d’informations sur l’histoire et les secrets de Bonifacio.

Cette excursion permet également d’admirer, sous un autre angle, l’entaille impressionnante que forme l’escalier du roy d’Aragon dans la roche.

5 | LES PLAGES AUX ALENTOURS DE BONIFACIO

Les plages sublimes aux eaux turquoise, dignes d’une île du bout du monde, ce n’est pas ce qui manque en Corse. Pour ce voyage nous n’en avons eu qu’un bref aperçu, mais qui a suffit à nous convaincre qu’il n’y a pas besoin d’aller loin pour trouver du sable blanc et une mer translucide. Les alentours de Bonifacio regorgent de ces petites perles. Si vous êtes adeptes du farniente ou que vous souhaitez ralentir le rythme d’un road-trip qui a commencé sur les chapeaux de roue, je vous conseille de consacrer une journée entière à la tournée des plages proches de Bonifacio. Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de profiter de toutes, puisque nous avions prévu la visite de Bonifacio et la découverte des plages alentours le même jour. Un programme bien trop ambitieux. En revanche, nous avons beaucoup apprécié les plages du Petit Sperone et Palombaggia qui sont, selon moi, incontournables.

En fin de journée, nous avons repris la route direction Corte, un point de chute idéal pour les randonnées prévues les jours suivants.
Bonifacio –> Corte = 2h15 de route.

OÙ DORMIR À CORTE ?

L’hôtel les Jardins de la Glacière est situé au coeur de la vallée de la Restonica, un site exceptionnel classé depuis 1966. Les chambres sont spacieuses, il y a une belle piscine et le petit déjeuner et l’accueil sont bien sympathiques.

Hôtel Les Jardins de la Glacière

JOUR 5 | RANDONNÉE D’OLMI-CAPPELLA ET MAUSOLÉO

De Corte, rentrez l’adresse de l’église d’Olmi dans votre GPS pour vous y garer. Le sentier commence ici. Cette randonnée ne figurait pas parmi les plus attendues de notre séjour et pourtant… Quelle belle surprise. Le sentier qui relie le village d’Olmi-Cappella à celui de Mausoléo nous fait traverser une époque révolue mais dont il reste encore des traces : pierres, chemins, moulins, ponts génois. Le cadre de cette randonnée est incroyable. On traverse la vallée et ses panoramas magnifiques au son de la rivière Tartagine dont la source provient du village de départ : Olmi-Cappella.

La randonnée jusqu’au village de Mausoléo se fait sans difficulté. Arrivés au village nous sommes allés à la recherche de ses habitants. Sauf que ce jour-là, il n’y avait pas un chat. Par contre, il y avait une vache, la seule âme qui vive que nous ayons croisé. Nous sommes donc repartis et c’est à la sortie de Mausoléo que la randonnée est devenue un peu plus physique. Après être majoritairement descendu, il faut forcément remonter. Le chemin n’est pas difficile mais il grimpe jusqu’au retour à l’église d’Olmi. À travers cette randonnée, nous nous sommes immergés dans la Corse sauvage et nature que nous étions venu chercher. Une très belle promenade que je vous recommande à 100% !

En bref : distance : 8,30 km – Durée : 4h avec de nombreux arrêts – Dénivelé : 330 mètres – Niveau : moyen

JOUR 6 | RANDONNÉE DES LACS MELO ET CAPITELLO

Avant de vous embarquer dans cette folle journée, je tiens à vous dire qu’il s’agit de la plus belle randonnée de notre séjour, mais aussi de la plus éprouvante. Les lacs Melo et Capitello se trouvent en Haute Corse, dans la vallée de la Restonica. Ce sont deux lacs accessibles via deux randonnées différentes. Il est possible de se rendre sur Melo et Capitello le même jour mais je vous conseille de commencer votre balade avant 11h du matin.

Depuis le parking des Bergeries de Grotelle, comptez une bonne heure de marche pour atteindre le lac de Melo (1710 mètres d’altitude). Une randonnée assez facile avec quelques petites cascades à enjamber et une dernière ligne droite plus raide à grimper. Derrière ce qui semble être une montagne à escalader, vous découvrirez un lac et un cadre d’une beauté à couper le souffle.

Du lac de Melo, 2 options s’offriront à vous : vous arrêter ici et faire demi-tour ou décider de continuer vers le lac de Capitello (1941 mètres d’altitude). Ce sont deux randonnées différentes mais dans le prolongement l’une de l’autre. Au départ du lac de Melo, il vous suffira de continuer à suivre le balisage jaune qui reprend derrière la maison des gardiens du lac. Le sentier jusqu’au lac de Capitello est beaucoup plus difficile que celui du lac de Melo puisque non seulement il grimpe en continue et de manière très raide et en plus, il faut s’adonner à plusieurs reprises à de l’escalade. Comptez environ 1h15 de marche entre ces deux lacs. Mieux vaut être en forme, bien équipé et certain de pouvoir assumer le retour qui n’est pas moins éprouvant. Une fois tous ces paramètres pris en compte, je ne peux que vous conseiller de ne pas lâcher et d’aller jusqu’au bout. Vous découvrirez alors le lac le plus profond de Corse et ses énormes blocs de granit qui se reflètent dans une eau bleue turquoise. Nous nous serions presque cru en Patagonie.

Melo et Capitello sont totalement différents. Malgré la difficulté et l’effort physique nécessaire pour s’y rendre, l’un comme l’autre nous récompensent de nos efforts pour les atteindre. Les paysages admirés le long de ces deux randonnées sont tout aussi beaux que les lacs.

Pour le retour, vous devrez emprunter le chemin inverse jusqu’au lac de Melo. Du lac de Melo, vous aurez le choix de prendre le même chemin qu’à l’aller ou de traverser le bras de rivière pour revenir par l’autre rive. Arrivé en bas, au terme d’une longue descente, vous devrez à nouveau traverser la rivière pour vous retrouver sur la portion de sentier emprunté le matin et ce, jusqu’au parking.

En bref : distance : 11,30 km – Durée : 5h – Dénivelé : 600 mètres – Niveau : difficile

Après cette magnifique journée, nous avons roulé jusqu’à Saint-Florent. Parking des Bergeries de Grotelle –> Saint-Florent = 1h30 de route.

OÙ DORMIR À SAINT-FLORENT ?

L’hôtel Dolce Notte est une vraie petite perle. Les chambres sont joliment décorées avec des terrasses qui donnent directement sur la mer. Nous sommes donc aux premières loges pour les couchers de soleil mais également face à la mer pour les petits déjeuners. Coup de coeur pour cet hôtel !

Hôtel Dolce Notte

JOUR 7 | LES PLAGES DE SALECCIA ET DE LOTU VIA LE DÉSERT DES AGRIATES

Pour cette septième journée, nous avons activé le mode farniente en troquant nos tenues de randonnées pour nos tongs et nos maillots de bain. Les magnifiques plages de Saleccia et de Lotu sont accessibles en bateau, en 4×4, en quad ou à pied au terme d’une randonnée de 24 kilomètres aller-retour. Hormis le bateau, peu importe le moyen que vous choisirez pour y accéder, il faudra forcément passer par le désert peu commun des Agriates. C’est en quad que nous avons décidé de traverser les paysages arides et montagneux de ce désert sauvage et surprenant. En y repensant, il est difficile d’imaginer qu’à une époque, ce désert qui semble aujourd’hui figé, était une zone à la flore verdoyante où l’on cultivait du blé.

Une fois engagé sur la piste, comptez 45 minutes pour arriver à la première plage : la plage de Saleccia. Nous avons eu un coup de coeur pour cette plage. Son sable blanc, son eau transparente, son calme… on y a passé un pur moment de détente et de déconnexion à tel point que nous avons eu beaucoup de mal à la quitter. C’est en fin de journée seulement que nous nous sommes dirigés vers la plage de Lotu.

La plage de Lotu est située à environ 15 minutes en quad de Saleccia. Elle est elle aussi magnifique mais il y avait un peu plus de monde et un peu moins de soleil à cette heure de la journée, alors on garde une petite préférence pour Saleccia. Je vous conseille de télécharger l‘application Maps.me pour vous aider à trouver votre chemin dans ce désert sauvage.

POURQUOI CHOISIR LE QUAD ?

Il est vrai que le quad n’est pas le moyen le plus écologique qui soit mais il faut reconnaître que dans ce cas, il est une bonne option pour se rendre sur les plages de Saleccia et de Lotu. Pourquoi choisir un quad ? Premièrement parce qu’il passe partout et que la piste pour arriver aux plages est loin d’être plate et lisse. Deuxièmement parce que choisir l’option la plus écologique à savoir nos pieds, c’est s’engager dans une longue marche qui ne permet pas, à la journée, de pleinement profiter des plages. Troisièmement parce que le quad c’est fun et ça ajoute du piment à une belle journée.

OÙ LOUER UN QUAD ?

Nous avons loué notre quad au Relais de Saleccia, un hôtel situé en bordure du désert des Agriates, qui propose de louer des quads à la demi-journée où à la journée. L’avantage c’est qu’il est situé à 15 minutes de Saint-Florent et à 100 mètres du départ des pistes pour rejoindre les plages.

JOUR 8 | NONZA, OSTRICONI, SANT’ANTONINO

NONZA

Nous commençons cette journée dans le Cap Corse par la visite d’un village typique Corse. Déambuler dans les villages Corses fait partie intégrante d’un séjour sur l’île de beauté. Le plus compliqué est de choisir le ou lesquels visiter. Si nous avons choisi Nonza c’est pour sa situation exceptionnelle. Ce village classé est perché sur le piton rocheux U Monte sur lequel trône une tour Génoise de 1760. Et ce n’est pas tout ! En contrebas il y a une jolie plage de sable noir accessible directement depuis le village.

QUE FAIRE À NONZA ? SUGGESTION DE PARCOURS

Premièrement, il faut trouver une place pour se garer. Pour nous, à cette période de l’année, ce ne fût pas bien compliqué. Commencez par visiter la lumineuse église Sainte-Julie, puis dirigez-vous vers la tour Paoline pour avoir une vue plongeante sur le village et la côte. Redescendez en vous perdant dans les ruelles du village avant de vous rendre sur la plage de sable noir.

DÉJEUNER SUR LA PLAGE DE L’OSTRICONI

La plage de l’Ostriconi se situe dans la région de la Balagne, en Haute-Corse. Nous n’y sommes pas allés pour nous baigner mais pour y faire un petit pique-nique en admirant les kitsurfers. Ce qui fait le charme de cette plage c’est son fleuve, l’Ostriconi. Il prend sa source dans les hauteurs, à 1050 mètres d’altitude et se déverse dans la Méditerranée, à la limite du désert des Agriates. Pour y accéder, garez-vous le long de la route et prenez le chemin d’accès indiqué par un panneau. Une petite promenade sympathique jusqu’à la plage mais qui peut s’avérer un peu périlleuse si le chemin est détrempé par la pluie. Comme nous, il vous faudra sûrement relever votre pantalon et retirer vos chaussures pour traverser les énormes et profondes mares d’eau. Si le terrain est sec, aucun problème ! Au bout du chemin, vous découvrirez une plage sauvage coincée entre mer turquoise, plaine verdoyante, fleuve et montagnes.

LE VILLAGE DE SANT’ANTONINO

Le village de Sant’Antonino est l’un des plus vieux villages de Corse. Il est situé non loin de Calvi, à 500 mètres d’altitude, entre mer et montagnes. Une belle découverte en perspective donc ! Ses maisons soudées qui s’enroulent autour d’un piton granitique forment un labyrinthe de ruelles pavées, qui nous plongent inévitablement dans une autre époque. Le village Sant’Antonino figure dans la liste des plus beaux villages de France… Et l’on comprend pourquoi !

Nous sommes ensuite partis en direction de Calvi via la route des Artisans. A Strada di l’Artigian est une route incontournable de la Balagne. Elle est née en 1901, de l’association de plusieurs villages souhaitant faire connaître leur patrimoine. En empruntant cette route vous traverserez une multitude de villages de l’arrière-pays et admirerez des panoramas incroyables à chaque virage.

OÙ DORMIR À CALVI ?

C’est à l’hôtel Mariana que nous avons posé nos valises pour la nuit, dans une chambre confortable avec vue sur la plage de Calvi et ses montagnes en toile de fond.

JOUR 9| JOURNÉE VOITURE

Si vous avez suivi nos aventures Corses en story sur Instagram, peut-être vous souviendrez-vous de la journée « chamboule tout ». Ce jour-là, comme pour chaque jour de ce road-trip en Corse, nous avions des plans. Mais avant de quitter l’hôtel, nous avons appris que la route que nous devions prendre était inaccessible à cause d’un éboulement qui avait eu lieu quelques jours plus tôt. Donc, nous n’avons pas eu d’autres choix que de revenir sur nos pas en passant dans les terres… Un détour pas franchement arrangeant qui s’annonçait comme une journée de perdue. Sauf que rouler sur les routes Corses est tout sauf ennuyeux. Entre les paysages de montagnes, les routes sinueuses, les châtaigneraies, les cochons, les vaches et les mouflons qui envahissent les routes… Ce détour, bien loin d’être une perte de temps fût marrant et plein de rebondissements.

Les routes Corses sont, à elles seules un voyage…

Le but de cette journée était de rejoindre la jolie ville côtière de Porto pour y terminer notre séjour. Après cet imprévu, nous avons fini par arriver à bon port : l’hôtel le Belvédère.

JOUR 10| RANDONNÉE DANS LES GORGES DE SPELUNCA

Les Gorges de Spelunca relient les villages d’Evisa à Ota via une route vertigineuse. Encore une fois, derrière chaque nouveau virage se cache un panorama à couper le souffle. Je vous conseille de rouler au pas et de profiter de chaque seconde de ce trajet hors du commun, dans les antres des gorges de Spelunca.

Plusieurs randonnées plus ou moins longues et difficiles, peuvent se faire dans les gorges de Spelunca. Celle que nous avons choisi est courte, facile et accessible à tous. Elle nous a mené sur les traces des génois, jusqu’aux ponts de Zaglia et de Pianella qui à l’époque facilitaient les échanges de marchandises et les déplacements des habitants. Tous les deux différents mais tous les deux enchanteurs. Commencez par vous rendre sur le pont de Zaglia qui se situe à 3 km du parking. Puis faites demi-tour pour vous rendre sur le second pont génois. Une fois de retour sur la route, continuez tout droit en traversant le terrain de foot laissé à l’abandon. Vous tomberez sur le pont de Pianella quelques mètres plus loin.

En bref : distance : 5 km – Durée : 2h – Niveau : facile. Bon à savoir : le chemin est facile mais peut être glissant en cas de pluie.

OÙ DORMIR À PORTO ?

L’hôtel Le Belvédère est situé dans une charmante rue piétonne au pied de la tour génoise de Porto. La vue depuis notre chambre, à la fois sur la forêt d’eucalyptus et sur la plage était splendide. Nous y sommes accueillis dans un cadre chaleureux et familial. Je vous conseille de goûter aux Canistrelli homemade de la gérante de l’hôtel.

JOUR 11| RANDONNÉE DU CAPO ROSSO

La randonnée du Capo Rosso est l’une des plus belles de notre séjour en Corse. D’une part parce que le sentier est magnifique et d’autre part parce que l’objectif de cette randonnée, la tour de Turghiu et son panorama à 360° sont d’une beauté indescriptible.

En venant de Porto, vous arriverez par la D824 et tomberez, à mi-chemin entre Piana et la plage d’Arone, sur un grand parking. La randonnée commence ici. Vous traverserez un portillon en bois avant de vous engager sur un sentier magnifique à travers le maquis Corse. La tour de Turghiu restera un moment dans votre champs de vision. Elle paraîtra loin. Au fur et à mesure, vous verrez qu’elle ne l’est finalement pas tant que ça. Tout le parcours est un régal pour les yeux : tantôt vue sur la mer, tantôt sur les calanques de Piana mais aussi sur les montagnes au loin.

La première partie de la randonnée est très agréable et facile. La seconde partie, qui commence au niveau d’un abri de bergers, est plus difficile. De là, il faut compter environ une demi-heure pour arriver au sommet du Capo Rosso. La montée est assez raide mais le sentier, bien aménagé, atténue la difficulté de cette portion.

En arrivant au sommet vous découvrirez la tour génoise de Turghiu construite en 1608 pour protéger l’île contre les attaques et les invasions. Allez faire un tour à l’intérieur, regardez par la fenêtre avant de monter tout en haut. La tour est impressionnante mais ce qui l’est encore plus, c’est la vue à 360°. Elle est dans le top 3 des plus belles vues de notre séjour. On y voit le golf de Porto, le massif de Paglia Orba et ses montagnes, le golf de Sagone et la mer à perte de vue. Époustouflant cet endroit.

En bref : distance : 8 km – Durée : 3h30 – Niveau : Moyen.

JOUR 12| RANDONNÉE DANS LES CALANQUES DE PIANA

La fin de notre séjour en Corse s’est déroulé sous une météo instable et capricieuse compromettant nos plans initiaux. En ce douzièm jour, nous devions faire une sortie en bateau, à la découverte des calanques de Piana et de la réserve de Scandola. Malheureusement, les bateaux étaient interdits de sortie à cause d’une tempête. Alors nous avons improvisé une courte randonnée dans les calanques de Piana, entre deux averses.

LA RANDONNÉE DU CHEMIN DES MULETIERS

La randonnée du chemin des Muletiers commence au niveau du parking du Stade Municipale de Piana. Le sentier est très facile, rapide et offre différents beaux points de vue sur les calanques de Piana et ses formes inédites. Pour la petite histoire, ce chemin escarpé était emprunté par les muletiers au XIX ème siècle pour relier Piana à Porto et Ota.

En bref : distance : 3,15 km – Durée : 1h15 – Niveau : Facile.

JOUR 13| RETOUR À AJACCIO PUIS À TOULON ET ENFIN, À PARIS

C’est la tête pleine de souvenirs et le regret d’un séjour beaucoup trop court sur l’île de beauté, que nous nous sommes dirigés vers le port d’Ajaccio pour une traversée jusqu’à Toulon qui aura duré 17h pour cause de tempête. Le temps pour nous de nous remémorer un road-trip passé à 100 à l’heure. Un road-trip au coeur de la nature, et quelle nature ! La Corse est une vraie boule à facettes en terme de variété de paysages. Je ne saurai dire quel coin j’ai préféré tant ils m’ont tous marqué. En ces temps étranges où une pandémie mondiale entache nos libertés, ce voyage en Corse fût une vraie bouffée d’oxygène.

J’espère, à travers cet article, vous avoir donné envie de visiter ce bijou qu’est l’île de Beauté. Il est certain que nous y reviendrons pour y découvrir d’autres merveilleux spots que nous partagerons bien évidemment avec vous.

Ce séjour est le fruit d’une collaboration avec l’ATC Corsica, l’Office de Tourisme de la Corse. L’itinéraire a été établit par nos choix, en fonction de nos envies. Cet article est un feedback totalement personnel, basé sur notre expérience et sur notre ressenti de la destination. 

Retrouvez notre road-trip sur nos réseaux sociaux

Si tu as apprécié cet article, n’hésite pas à le partager, à lui mettre une note ou un commentaire sympa

Note : 3.5 sur 4.

IMG_1139   Auteur : Alisson

4 commentaires

  1. Très bel article sur mon île de beauté. Venir en Corse hors saison c’est très agréable mais la météo est souvent capricieuse. Le bateau avec la tempête c’est une expérience en soi😉!

    1. Author

      Merci beaucoup. Ton île nous a complètement envoûté 🤩 effectivement, c’est une expérience (qui donne mal au cœur aussi 😅)

  2. Merci Alisson pour ce voyage dépaysant ; la Corse est un beau pays et tes photos nous en ont mis plein les yeux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *