Découvrir l’Islande en hiver, c’est se frotter à une météo capricieuse, c’est vivre au rythme de journées raccourcies, à l’origine d’ailleurs, de pas mal de frustration. Mais voyager en Islande au cœur de l’hiver, c’est aussi se frotter à une ambiance unique, douce et incroyablement belle. La lumière, les couleurs, l’atmosphère givrée nous ont, tels des enfants, émerveillés. Les conditions météorologiques au Sud de l’Islande restent relativement clémentes comparées au Nord, plus rude, plus proche du cercle polaire. Si vous demandez que voir et que faire dans le Cercle d’or en hiver, cet article est fait pour vous !

En hiver, on profite assez facilement des journées bien qu’elles soient courtes : randonnées, bains chauds, grottes de glace, glaciers… Les activités hivernales ne manquent pas. Ce qui manque, comme toujours en Islande, c’est le temps. Il faudrait que les jours durent 48 h afin d’estomper la frustration de journées qui s’arrêtent et qui nous contraignent à aller dormir et à attendre le lendemain pour recommencer à explorer cette planète de feu et de glace.

Pour ce second voyage en Islande, nous sommes à nouveau partis en mode road-trip. Mais à cette saison, le facteur météo joue un rôle déterminant sur le déroulement des journées. C’est pour cette raison que nous ne retracerons pas point par point notre itinéraire mais que nous vous listerons dans cet article, tout ce que nous avons fait dans le Sud de l’Islande et plus particulièrement dans le Cercle d’Or, à la fin du mois de novembre.

grotte-de-glace-islande

VOYAGE DANS LE SUD DE L’ISLANDE AU MOIS DE NOVEMBRE : CARNET PRATIQUE

Notre séjour : fin novembre 2021.
La météo : instable, venteuse, glaciale, de la pluie, des tempêtes, de la neige, de la grisaille et du soleil
Venir en Islande en avion : 3h30 depuis Paris.
Prix du billet AR Paris à Reykjavik Keflavik pour 1 personne : entre 180 € et 500 €.
Formalités covid 19 pour éviter la quarantaine : avoir un schéma vaccinal complet depuis au moins 2 semaines et présenter un test antigénique ou PCR de moins de 72 h pour pouvoir embarquer. Prévenir de votre arrivée 72h à l’avance en vous enregistrant sur ce site. À l’issue, un code barre à présenter à votre arrivée en Islande vous sera envoyé.
Louer une voiture en Islande : 4×4 obligatoire durant l’hiver. Nous avions un Toyota RAV 4 loué chez Lotus Car Rental. Une bonne agence de location située à 5 minutes de l’aéroport que l’on rejoint facilement grâce à leur navette. L’essence coûte en moyenne : 1,75 €/litre.


Hôtellerie : comptez entre 100 € et 150 € la nuit en hôtel à cette période.
Restauration : excessivement chère due à un niveau de vie plus élevé que chez nous. Prenez des sachets de riz, de quinoa, etc. avant de partir et faites votre popote dans les cuisines partagées des guesthouse. Les hôtels n’ont pas de coin cuisine, mais bien souvent un restaurant dont les plats coûtent assez chers et ne sont pas forcément bons.
À prendre impérativement : un équipement de qualité pour le froid et le vent : bonnet, gants, manteau chaud à la fois coupe vent et imperméable, des chaussures de randonnées chaudes et imperméables, des polaires et un pantalon de ski en cas de grosses chutes de neige.
Tel / Internet : l’Islande ne fait pas partie de l’Europe mais de l’espace Schengen donc vous pouvez utiliser votre forfait comme en France
Taux d’ensoleillement : plus on avance dans l’hiver plus les journées sont courtes. Fin novembre, le soleil se levait à 10h pour se coucher à 16h00. Nous n’avons pas eu énormément de lumière et pour les journées pluvieuses, le soleil semblait ne jamais se lever. Une expérience très inhabituelle.

QUE VOIR ET QUE FAIRE DANS LE CERCLE D’OR EN HIVER ?

SE BAIGNER DANS UNE SOURCE D’EAU CHAUDE

Les hotspots sont des bassins extérieurs chauffés par l’activité géothermiques du pays. Les sources chaudes sont nombreuses sur l’île et se présentent sous différentes formes : rivières, piscines, jacuzzi. Le Blue Lagoon, bien que surfait et très très fréquenté, est un bain chaud incontournable lors d’un séjour en Islande. Situé à seulement 20 minutes de l’aéroport, il est un spot idéal pour commencer et/ou finir son voyage en Islande.

Pour avoir découvert d’autres bains chauds lors de notre premier voyage sur l’île, je peux dire que celui-ci, c’est vraiment l’usine. Mais à notre grande surprise, grâce à son immense bassin, il est très facile de trouver un coin tranquille sans personne, pour se détendre dans ces eaux laiteuses et fumantes à 40 degrés.

Combien coûte l’entrée au Blue Lagoon ?

Il y a différents tarifs pour différents packs. Le prix dépend également de l’heure à laquelle vous venez. En heure creuse c’est un peu moins cher. Autrement, il faut compter 56 €/personne pour le pack de base qui comprend : l’entrée, une serviette, une boisson au choix et un masque au bar à masques situé dans le bassin.

DÉCOUVRIR LE PARC NATIONAL DE THINGVELLIR

Þingvellir est un site historique majeur en Islande puisque c’est ici, en 930, que les Vikings ont fondé le premier Parlement démocratique du pays. C’est également un site géologique très important puisqu’il fait partie d’une zone de fissure traversant l’Islande, située sur les limites tectoniques de la dorsale médio-atlantique. Les plaques tectoniques eurasiennes et nord-américaines sont en mouvement constant et s’écartent de 2 cm chaque année. C’est imperceptible pour nous mais, l’Islande s’agrandit continuellement.

Nous avons découvert le site historique le plus important d’Islande sous la pluie et la grisaille. La journée a commencé au lever du soleil. Soleil qui selon nous ce jour-là, ne s’est jamais levé tellement il a fait sombre. Le paysage était froid, figé mais tellement beau.

Organiser sa visite de Thingvellir

La visite commence dès le parking du centre d’accueil sur la route 36. Le parking coûte 5 €, les bornes se trouvent à l’intérieur du visitors center. On pénètre au coeur de l’immense faille d’Almannagja. Le sentier aménagé offre de superbes points de vue sur la vallée d’effondrement large de 7 km. Ici, nous sommes du côté de la plaque nord-américaine et en face, à 7 km se trouve la plaque tectonique eurasienne. Le sentier offre une belle balade avec différents points d’intérêts tout du long. CF carte ci-dessous.

cascade-oxararfoss-islande

Le tracé bleu représente notre balade dans le parc et les points d’intérêts : Almannagja, Öxararfoss, Langistigur. Conseil : prenez des crampons à fixer sous vos chaussures car en hiver, le chemin peut verglacer.

Une fois votre Aller-retour terminé, prenez votre voiture en direction l’église de Thingvallakirkja qui se trouve de l’autre côté de la rivière. C’est l’une des premières églises d’Islande.

ADMIRER LA CASCADE SKÓGAFOSS

La cascade de Skogafoss a été un véritable coup de cœur lors de notre voyage en Islande au mois de septembre. À tel point que nous y sommes retournés pour l’admirer sous une autre saison. Cette fois-ci, le ciel était moins bleu et moins lumineux. Nous l’avons donc redécouverte sous une ambiance plus mystique, plus inquiétante. C’est notre ressenti sur le moment. Elle reste toujours parmi nos lieux favoris en Islande. Au-delà de sa grandeur (60 m), son cadre sauvage est irréel et semble tout droit sorti d’un film. On peut s’approcher au plus près du monstrueux rideau d’eau et de ses embruns. Une seule condition : ne pas craindre d’être littéralement trempé.

S’APPROCHER DU GLACIER SÓLHEIMAJÖKULL

La langue glaciaire Sólheimajökull appartient au quatrième glacier du pays : le Myrdalsjökull. En dessous, en sommeil, se trouve l’un des volcans les plus actifs d’Islande, le volcan Katla. Sólheimajökull se trouve à 15 minutes en voiture de Skogafoss. Il y a un parking gratuit à partir duquel un chemin rapide et sans difficulté amène au pied du glacier. On découvre alors un paysage incroyable et qui l’est encore plus dès lors qu’un petit rayon de soleil pointe le bout de son nez pour colorer le magnifique tableau dont nous sommes spectateurs.

SE PROMENER DANS LE PARC DE SKAFTAFELL

On trouve au Sud-est de l’Islande, le Vatnajökull qui est le plus grand glacier d’Europe. La zone regorge de lieux à visiter, de randonner à faire et d’activités à tester en hiver comme en été. Notre premier matin dans le secteur a été quelque peu mouvementé puisque tout le Sud de l’île était placé en alerte tempête. La veille, on nous avait vivement conseillé de ne pas sortir avant midi. Nous avons résisté à ce conseil jusqu’au lever du soleil… Depuis notre chambre, on voyait les lumières se lever et changer chaque seconde. Elles passaient du bleu à l’orange puis rose… alors on a craqué.

Que faire à Skaftafell en hiver ?

Il y a beaucoup de choses à faire dans ce coin mais, durant les mois d’hiver, avec les journées qui se raccourcissent, nous sommes clairement plus limités. Parmi les immanquables :

Le Skaftafellsjökull : Le glacier de Skaftafell

Elle fait partie des 3 langues glaciaires du parc de Skaftafell qui descendent directement du glacier Vatnajökull. Malheureusement, à cause de la tempête, nous n’y sommes pas allés. Nous l’avons simplement aperçu au loin. Mais il me paraissait inconcevable de ne pas le mentionner. Le front du glacier est accessible facilement depuis le Visitors center. Comptez 1 h de marche.

parc-skaftafellsjokull-islande
skaftafellsjokull-glacier-islande
Svartifoss : la cascade noire

Svartifoss n’est pas la cascade au débit le plus impressionnant d’Islande mais elle certainement l’une des plus belles cascades du pays. Elle est enclavée au milieu de rien, si ce n’est d’une magnifique nature, et sa chute d’eau est entourée de colonnes basaltiques. Le paysage carte postale par excellence. La randonnée pour y accéder démarre au niveau du centre d’information. Le sentier de 1,8 km grimpe mais n’est pas compliqué. Il faut compter une petite heure pour arriver au pied de la cascade. Là aussi, prenez vos crampons, ils pourraient être utiles en cas de gel de la dernière partie du chemin.

cascade-svartifoss-islande
Admirer le plus grand Sandur du monde

Skaftafell est une ancienne grande ferme ensevelie par les sables glaciaires mouvants. On peut admirer depuis le parc, l’immense plaine d’épandage, la plus grande au monde, parcourut par d’innombrables rivières qui forment un paysage absolument époustouflant. Le Sandur qui signifie sable, est formé par des sédiments glaciaires tels que les galets, la vase ou encore l’argile qui sont transportés par l’eau provenant de la fonte des glaciers.

sandur-sud-islande

En repartant de Svartifoss, en direction du hameau de Sel, sur le sentier S2, vous longerez le Sandur en le surplombant.

Se promener au milieu d’anciennes maisons traditionnelles Islandaises dans le hameau de Sel

Un peu après le superbe panorama sur la plaine d’épandage, vous tomberez sur une ancienne ferme composée de maisons traditionnelles islandaises. Dans les années 1900, la moitié des Islandais vivaient dans ces logements aux toits faits de tourbe. Cette architecture a été introduite au IX è siècle par les Vikings. Ils allaient chercher la tourbe dans les marais alentours et recouvraient les toits de leur maison avec cet excellent matériau d’isolation.

Se balader le long du Svinafellsjökull

Le glacier Svinafell est une autre langue glaciaire de la zone. Si vous vous référez à la carte un peu plus haut, vous pourrez distinguer clairement la géographie du parc National de Skaftafell. Je ne connais pas son niveau de fréquentation en haute saison mais pour nous, ce fût la découverte d’un lieu très paisible, sans personne, sans un son si ce n’est celui de la glace qui craque en continue.

glacier-svinafell-islande

Le parc de Skaftafell et ses glaciers sont une vraie merveille. Nous en avons découvert qu’une petite partie et je pense que le secteur regorge de plein d’autres trésors. Il faudrait y passer bien plus de 2 jours pour en explorer davantage. Mais pour cette période, avec peu de temps sur place et des journées raccourcies, nous sommes contents de nos découvertes et nous revenons avec de très beaux souvenirs en tête.

VISITER UNE GROTTE DE GLACE DANS LE SUD DE L’ISLANDE

grotte-de-glace-islande

Visiter une grotte de glace est incontournable lors d’un voyage en Islande en hiver. En revanche, il faut être accompagné pour entreprendre cette incroyable exploration de l’intérieur d’un glacier. En effet, la sécurité et la météo ne s’improvisent pas. Pour cette superbe aventure, nous avons suivi Guillaume co-fondateur avec sa femme, de Local Islander. Guillaume est un guide de montagne français expérimenté avec qui l’on vagabonde sous, sur et dans les glaciers les yeux fermés. Il y a plusieurs avantages à passer par Local Islander pour visiter une grotte de glace :

  • Les tours sont privés
  • On démarre alors qu’il fait encore nuit et on arrive les premiers dans les entrailles du glacier
  • On se sent en sécurité
  • La nature est respectée
  • On comprend le langage spécifique lié au glacier puisque Guillaume est Français
  • On se marre bien car Guillaume est super cool

Comment se forment les grottes de glace ?

Les grottes de glace se forment en été au moment de la fonte des glaciers. L’eau se fraye un chemin dans les calottes glaciaires en creusant des trous et des tunnels. Lorsque le froid revient, l’eau se cristallise et forme ces endroits magiques. Plus la glace est pure plus elle est bleue. Lorsqu’il y a de l’air à l’intérieur, elle devient blanche. Les grottes de glace sont en perpétuel mouvement et il est très rare qu’une grotte se reforme deux fois au même endroit. La grotte Saphir dans laquelle nous sommes allés, est une exception puisque cela fait 3 hivers qu’elle se reforme. Le seul changement visible c’est son entrée qui recule avec la fonte du glacier : – 100 mètres chaque année. Comment expliquer la longévité de cette grotte ? elle est formée par un canal sous-glaciaire que l’on entend avant même d’entrer dans la grotte. Ce courant d’eau est une accumulation de cavités et de crevasses dans lesquelles l’eau se rejoint au même endroit. Lorsque le glacier fond pendant l’été, l’eau sort du même trou pour être moulée et façonnée à l’arrivée du froid. Mais comme nous l’expliquait Guillaume, la grotte Saphir est loin d’être éternelle et il est possible qu’elle ne se reforme pas l’an prochain. Mais ne vous inquiétez pas, on pourra compter sur lui pour en dénicher une autre, tout aussi belle !

Où visiter une grotte de glace dans le Sud de l’Islande ?

C’est sous la calotte du Vatnajökull, le plus grand glacier d’Europe que nous avons eu la chance de vivre cette expérience.

Comment se déroule la visite d’une grotte de glace avec Local Islander ?

Guillaume nous donne rendez-vous très tôt sur un parking sur lequel nous garons notre voiture. De là, nous partons en 4×4 avec lui, à l’assaut d’une piste très très cabossée. Puis, nous garons sa voiture pour terminer à pied. La première partie du tour se fait dans la grotte de glace Saphir. L’entrée est impressionnante : nous sommes au pied du glacier face à un trou béant qui nous donne l’impression d’entrer dans la bouche d’un géant. En y réfléchissant, c’est un peu le cas…

Nous découvrons alors un lieu magique voire irréel dans lequel on se sent vraiment minuscules.

La suite du tour nous réserve encore de magnifiques surprises. Nous sortons de la bouche du géant, nous nous équipons de crampons, piolet et baudrier fournis par Guillaume puis nous partons découvrir le glacier mais du dessus cette fois. Nous marchons tous les 5 sur ce désert de glace à perte de vue. Ah oui !!! « Tous les 5 » car ce jour-là, nous sommes accompagnés de Thibault et Fred venus réaliser un reportage en Islande pour France 2 (à voir le samedi 8 janvier à 13 h 15 sur France 2).

randonnee-glacier-vatnajokull-islande

Après plusieurs minutes de marche, nous entamons une descente qui ne m’a pas mise à l’aise du tout. Il faut dire que marcher sur la glace dans un milieu hostile n’est pas habituel à Paris ! Il n’y avait pourtant aucun danger, nous avons été bien briefés, nos crampons accrochaient bien… La peur comme toutes les peurs était purement créée par mon cerveau. Enfin, c’était aussi un peu de la faute de Franck qui, à un moment, a demandé : « Et si on glisse on fait comment ? » ce à quoi Guillaume à répondu « On fait pas, faut pas glisser » (rires) !

Après avoir bravé cette fameuse descente avec succès, Guillaume nous annonce que nous allons rentrer dans le glacier. Nous pénétrons alors à l’intérieur de ce labyrinthe que je ne saurais vous décrire. Il faut le vivre pour le croire. On est entourés de parois glacées immenses qui forment des bulles à l’intérieur desquelles de l’eau et des cendres volcaniques sont prisonnières et dont la couleur est d’un bleu fantasmagorique. On se croirait dans un décor de film. Le moment est tellement fou qu’on a du mal à croire qu’il soit réel.

Quand les cendres volcaniques et l’air se retrouvent piégées dans la glace :

ADMIRER LA LAGUNE GLACIAIRE DE JÖKULSÁRLÓN

Cet endroit nous avait envoûté au mois de septembre alors nous avons décidé d’y revenir. Le paysage était différent, plus blanc, plus figé, plus glacial mais avec de magnifiques lumières de fin de journée. Il y avait beaucoup moins d‘icebergs dans la lagune mais beaucoup plus de glaçons sur le banc de sable qui la borde. Nous nous sommes posés plusieurs minutes pour admirer ce cadre grandiose avec en toile de fond cette force tranquille qu’est le glacier Vatnajökull.

SE RENDRE À LA LAGUNE GLACIAIRE DE FJALLSÁRLÓN

Cette pépite aussi nous la connaissions mais, nous l’avons elle aussi découverte sous un nouveau jour, à la sauce hivernale. C’était en fin de journée et la lumière était absolument sublime. Le lagon glaciaire de Fjallsárlón se trouve à une dizaine de kilomètres seulement de Jökulsárlón; il est donc facile de combiner les deux endroits sur une même journée.

glacier-fjallsarlon-islande

Après ce voyage en Islande, le second sur cette île en l’espace de deux mois, je ne saurai vous dire lequel des deux j’ai préféré. Le premier était plus long, tout comme les journées d’ailleurs. On en a vu et fait beaucoup puisque nos journées démarraient à 6 h pour se terminer à 21 h. Pour cette raison, voyager en Islande au mois de septembre est globalement moins frustrant. En revanche, ce voyage-ci, au début de l’hiver a été magique. On a redécouvert le pays sous une autre ambiance, une autre atmosphère. Les paysages étaient recouverts de neige, les lumières polaires étaient quant à elle hypnotisante. Elles figeaient la nature tel un tableau inaltérable. Cette saison apporte un côté réellement magique unique et inoubliable à cette planète Islande dont je suis tombée amoureuse.

Je vous invite à lire mes autres articles sur l’Islande, vous pourrez y trouvez un tas d’autres spots à ne pas manquer dans le Sud de l’Islande mais aussi autour de l’île.

  • Épinglez nos affiches sur notre voyage en Islande en hiver sur Pinterest :

Retrouvez notre escapade Islandaise sur nos réseaux sociaux

Si tu as apprécié cet article, n’hésite pas à le partager, à lui mettre une note ou un commentaire sympa

Note : 5 sur 5.

IMG_1139   Alisson

2 commentaires

  1. Han que ça me donne le goût d’y retourner. J’ai un goût de trop peu et puis le voyage remonte déjà à quelques années .. croisons les doigts 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.