Découvrir la Camargue le temps d’un week-end prolongé est quelque chose qui me trottait dans la tête depuis plusieurs années. La Camargue a toujours évoqué la nature, la douceur de vivre et les troupeaux de chevaux. Elle me semblait donc être un coin idéal pour fêter les 25 ans, 35 ans de Franck ! Une échappée surprise dont il a eu connaissance dans le train, en partance pour Nîmes.

Dans cet article, je vous propose de découvrir notre week-end de 3 jours pendant lequel nous avons flâné dans des villages typiques, fait du cheval dans les marais, observé les oiseaux mais aussi les impressionnants taureaux Camargue.

QUE FAIRE EN CAMARGUE PENDANT UN WEEK-END DE 3 JOURS ?

1 | FAIRE UNE BALADE À CHEVAL DANS LES MARAIS

L’origine du Cheval Camargue, l’une des races de chevaux les plus anciennes au monde, reste pleine de mystères. La légende dit qu’il est né de « l’écume de la mer ». Même si les théories diverges, le Camargue serait une espèce indigène née de différents mélanges de chevaux capables d’évoluer et de se reproduire dans le climat plutôt rude de la région. Ce sont des chevaux rustiques et trapus aptes à marcher dans les eaux saumâtres des étangs. Le Camargue est aujourd’hui une race de cheval de selle prisée pour les balades mais aussi des manadiers* dans leurs manades* où, les gardians* continuent de les élever selon la tradition, en semi-liberté.

Les manades sont des lieux d’élevage de troupeaux de taureaux et de chevaux Camargue destinés à la course Camarguaise. Le gardian est le gardien de la manade en charge de leur élevage. Le manadier est le propriétaire de la manade.

Se balader dans les marécages sur un cheval blanc et robuste est incontournable lors d’un séjour en Camargue. C’est même une très bonne manière d’admirer le paysage si caractéristique qu’offre la région. Une terre plate, des marais à perte de vue, des milliers de roseaux, de la salicorne à profusion, des oiseaux et des moustiques aussi !

OÙ FAIRE SA BALADE À CHEVAL EN CAMARGUE ?

Beaucoup d’endroits proposent des balades allant de 1h à 3h avec un prix d’appel autour de 35 €. Pour notre promenade, nous n’avons pas eu à chercher bien loin. Le Mas de Cacharel dans lequel nous logions possède un immense terrain peuplé de chevaux. Ils sont chouchoutés à longueur de journée par Amélie. Pour avoir fait plusieurs fois des promenades à cheval dans différentes parties du monde, je peux vous dire qu’ici, les chevaux sont traités avec beaucoup de délicatesse et de tendresse et ils nous le rendent bien. On se sent immédiatement en confiance à leur côté tant ils sont sereins. C’est un détail qui m’a réellement marqué et que je n’ai jamais ressenti ailleurs à proximité de chevaux.

Si je devais résumer la suite en 2 mots : bonheur et liberté. Pour cette sortie à cheval, nous avons eu la chance de n’être que tous les deux avec Amélie, notre guide. Elle s’est adaptée à nous, à nos envies et elle a même réussi à nous faire galoper. Franck n’avait jamais galopé. Quant à moi, la dernière fois, c’était il y a peut-être 20 ans. Nous étions tellement bien et en confiance qu’on lui a dit « ok » les yeux presque fermés. C’est alors que nous avons vu le paysage défiler plus rapidement toujours accompagnés de cette brise. Un cocktail qui nous a fait nous sentir totalement libres et connectés à la nature. Enfin, cerise sur le gâteau, sur le chemin du retour, nos chevaux ont bifurqué et se sont mis à marcher dans le marais. C’était vraiment kiffant !

Fun fact : les chevaux Camargue naissent noirs et s’éclaircissent en grandissant. Ils deviennent marron puis totalement blancs à l’âge adulte.

2 | OBSERVER LES OISEAUX DANS LE PARC ORNITHOLOGIQUE DU PONT DE GAU

Impossible de venir dans la région sans passer par la réserve naturelle du parc ornithologique du Pont de Gau. Ici, sur 60 hectares, à travers plusieurs sentiers aménagés, on peut admirer des dizaines d’espèces d’oiseaux différentes. Parmi ces espèces hérons, aigrettes, rapaces, cigognes, échassiers, passereaux et bien-sûr des centaines de flamants roses.

Le parc est découpé en deux parties. La première, proche de l’entrée est le lieu de rendez-vous des flamants roses. Ils sont en groupe, ils sont bruyants, jacassent à tout va; C’est un méli-mélo de flamants roses que vous ne pourrez pas manquer. Un peu plus loin, le sentier permet de s’enfoncer dans le parc et traverser différents habitats naturels accueillants chacun leurs habitants. Au-delà des oiseaux, le parc abrite de nombreuses autres espèces : serpents, loutres, castors, ragondins… mais aussi moustiques ! Pensez à vous enduire de produit je suis sortie du parc avec une vingtaine de piqûres !

3 | FAIRE LA VISITE GUIDÉE D’UNE MANADE

Tout comme pour faire une balade à cheval, vous n’aurez aucun mal à trouver une manade à visiter. Une manade c’est l’élevage de groupes de taureaux et de chevaux sauvages dans leur milieu naturel. Les Camarguais vous diront qu’une manade est avant tout une tradition. Ils élèvent leurs troupeaux de génération en génération afin qu’un jour l’un sorte du lot et soit reconnu comme le meilleur taureau de la course Camarguaise.

La course camarguaise est un sport, il faut bien l’avouer, un peu fou. De nombreuses étapes précèdent les courses et surtout, il faut plusieurs générations de taureaux pour espérer élever une perle, celui qui impressionnera les razeteurs et les empêchera d’attraper les attributs. Je sens que vous n’avez rien compris à ce paragraphe ! D’où l’intérêt de visiter une manade pour mieux comprendre ce sport traditionnel et ses spécificités. Essayons de résumer simplement : les gardians élèvent des groupes de taureaux dans les manades à l’aide de leurs chevaux Camargue. Le jour des courses, des attributs sont posés sur le frontal et les cornes du taureau. L’objectif pour les participants, que l’on appelle des razeteurs, est de razeter, c’est-à-dire d’affronter le taureau pour lui arracher ses attributs à l’aide d’un crochet.

Comme je vous le disais, ce ne sont pas les manades qui manquent dans le coin. Si vous êtes du côté de la ville d’Aigues-Mortes, je vous conseille la manade du Mas de la Comtesse où nous avons été bien accueillis et où nous avons reçu une mine d’informations sur le sujet, avant d’aller faire un coucou aux taureaux.

4 | LES VILLAGES ALENTOURS À NE PAS MANQUER

LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Le village des Saintes-Maries-de-la-mer est la capitale de la Camargue mais également la terre d’accueil des Gitans qui viennent en pèlerinage à l’église des Saintes-Maries. L’église est une vraie forteresse que l’on peut repérer à des kilomètres à la ronde.

Le nom les Saintes-Maries-de-la-mer trouve son origine à l’aube de la chrétienté lorsque Marie Jacobé, Marie Salomé et leur servante Sara, chrétiennes persécutées, ont fui la Palestine sur une barque sans gouvernail. Nous n’avions que peu de temps sur place et sommes allés à l’essentiel en flânant dans les ruelles du Centre-ville jusqu’à l’église avant de prendre la direction des cabanes de gardian puis remonter par l’agréable front de mer.

Les cabanes de gardian (gardien de manade) sont facilement reconnaissables puisqu’elles semblent toutes sorties du même moule. Ces cabanes cylindriques sont blanchies à la chaux et dotées d’un toit fait de roseaux des marais. Vous pourrez les voir à l’Ouest de la ville puisqu’elles sont toutes regroupées au même endroit.

Le front de mer est une autre promenade à faire. D’un côté le paysage marin qui se dévoile avec beaucoup de douceur, de l’autre les maisons typiques, blanches et belles.

AIGUES-MORTES

La ville médiévale d’Aigues-Mortes était à l’origine un petit village de pêcheurs et de ramasseurs de sel. Aigues-Mortes est entourée de remparts qu’il faut franchir avant de découvrir un village agréable où se mêlent boutiques, terrasses, cafés et restaurants. Vous trouverez les salines au Sud de la ville. Elles se visitent mais renseignez-vous sur les dates car elles ne sont pas ouvertes toute l’année. Encore fermées lors de notre venue, nous nous sommes contentés d’acheter un petit sachet du fameux sel de Camargue. Instant gourmand : arrêtez-vous dans n’importe quelle boulangerie et demandez une fougasse sucrée. Cette spécialité de la région à base de pâte à fougasse sucrée, sur notes de fleur d’oranger, quoiqu’un peu déroutante, est délicieuse.

5 | DORMIR DANS UN MAS CAMARGUAIS

Un mas, prononcé « masse », est le nom donné aux fermes camarguaises. Il comprend la maison du maître, l’habitation des fermiers et les bâtiments de l’exploitation. Nous avons élu domicile au Mas de Cacharel pour une nuit, une belle adresse mais qui n’est pas donnée. En faisant mes recherches, j’ai eu un coup de coeur pour ce lieu encerclé par les marais et dont les chambres font face à l’enclos des chevaux.

6 | BRUNCHER À NIMES

Nîmes étant la ville d’arrivée en TGV depuis Paris et donc le point de départ pour une petite échappée en Camargue, nous avons pris le temps de faire un tour dans son centre-ville plutôt agréable. On y a déniché une chouette adresse où bruncher : Farmers Organic. Un restaurant et salon de thé bio à la décoration végétale.

CAMARGUE CARNET PRATIQUE

Notre week-end : du 13 au 15 mars 2020
2 allers-retours en TGV Paris Gare de Lyon –> Nimes : 96€
Location de voiture : 77€/ 3 jours
Hébergement : Le Mas de Cacharel : 156€/ nuit
Promenade à cheval : de 35 à 55€
2 entrées au parc ornithologique du Pont de Gau : 15€
2 entrées pour la manade : 24 €
Impératif : prenez un antimoustiques efficace, peu importe la saison

Ce week-end en Camargue fût pour nous une jolie découverte pré-printanière. Une échappée en nature qui fait du bien. J’espère, à travers cet article, vous avoir donné envie d’explorer les étendues sauvages et les jolis villages de Carmague. Cette région accessible en seulement 3h depuis Paris, offre une biodiversité incroyable et unique dont il est difficile de ne pas tomber amoureux.

IMG_1139   Auteur : Alisson

2 commentaires

  1. Madame,
    Je voulais vous remercier pour le magnifique article que vous avez fait sur la Camargue et Cacharel en particulier.
    Vous avez tout à fait compris pourquoi nous nous battons pour préserver ces territoires dont l’avenir est incertain si on laisse les tenants de « réconciliation avec la nature » opérer chez nous. La Camargue que vous avez si bien décrite existe encore parce que des générations se sont battus contre la mer et le Rhône. La Camargue est une nature favorisé par l’homme depuis la grande inondation du 31 mai 1856 suite à laquelle Napoléon III décida de faire endiguer le delta et a remis entre les mains des acteurs économique du territoire la gestion de l’eau. Ni trop basse en été, ni trop haute ne hiver. Même si depuis quelques décennies tout n’a pas été parfait nous avons protégé et non détruit cette Camargue que vous aimez si bien.
    En conclusion laissons les acteurs économiques qui animent le delta faire de la protection raisonnée et ne laissons pas des intervenants extérieurs qui se disent savant décider à notre place. Oiseaux voyageurs que vous êtes seront toujours les bienvenus à Cacharel où vous entendrez encore longtemps cette nature que nous protégeons avec amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *